Bayéré Zouzoua

“Ouvertures”

La rue est une source inépuisable d’inspiration, où le photographe aime se fondre, se dissoudre, invisible… La rue est son pays, où qu’il soit.
Du passant, de l’anonyme, il fait la vedette d’un instant unique. Il n’est pas voyeur, mais voyant : de l’Humain que la foule ignore, perdue dans les flux incessants de la ville…

Il faut avoir passé des heures à observer avant de pouvoir saisir à la volée LE moment, le regard, de l’enfant au vieillard, ces résumés de vie, précieux ; il faut aimer l’Autre pour en voir la beauté unique. On lui fait souvent remarquer que ses photos d’enfants sont intemporelles. Elle ne croit pas que les enfants aient changé. Mais savons-nous encore les observer, doucement, tendrement ?

Elle a choisi Londres pour cette série, et plus particulièrement des clichés pris “à travers” : des vitrines, des bus, des fenêtres. Parce que derrière la transparence l’intimité ne se cache pas.
D’où le choix de ce titre, “Ouvertures” : ses fenêtres n’enferment pas, elles révèlent.
Dans un monde où les murs se relèvent, elle croit que montrer l’Autre, réapprendre à le voir, s’attarder avec lui pour quelques minutes, est une façon de résister modestement ?
Elle aimerait tant…

Ouverture

Autodidacte et passionnée de photographie depuis l’âge de 15 ans, ses premiers pas en photo ont débuté avec l’argentique pour ensuite évoluer vers le numérique.
La photo est très longtemps restée un loisir. C’est à l’issue d’un voyage en Colombie en août 2014 qu’elle a décidé que la photographie serait au centre de sa vie en devenant artiste photographe.
Aussi, en septembre 2014, elle a intégré l’Atelier des beaux-Arts de Paris en section photo. Trois ans de formation durant lesquels elle a pu aiguiser son regard, se construire une culture photographique, monter des projets et se conforter dans l’idée qu’elle voulait faire de la photo son métier.

En Mai 2015, elle a relevé le défi proposé par “Punch Art” à Paris qui consistait à illustrer par une création graphique (photographie, dessin, sculpture, peinture) des punchlines, des phrases “coup de poing” tirées du rap français. Elle a eu le bonheur de faire partie des artistes sélectionnés et d’effectuer une exposition collective.
En 2017, l’une de ses photos de rue a été exposée en Italie grâce au groupe Street Level Photography entourée d’une soixantaine d’artistes photographes du monde entier.
En juin 2018, elle a été l’une des invitées d’honneur au premier festival de photographie à Pagny-sur-Moselle intitulé “Gardes à vues” où elle a exposé sa série “Enfantillages”.
En mars 2019, elle a à nouveau exposé sa série “Enfantillages” à Saint-Privat-La-Montagne situé à côté de Metz.

Elle se définit comme étant une photographe instinctive et humaniste.
Elle aime sentir et parfois provoquer des situations.
La photo lui procure un sentiment de liberté. Comme toute forme d’art, la photographie est aussi un moyen de s’exprimer, de se révéler à soi même et aux autres .

Elle puise son inspiration dans la magie de l’instant. Capter des instants, des émotions, fixer des regards, des visages, des situations saisies avec spontanéité, discrétion et liberté est pour elle un grand livre ouvert sur la vie et sur l’humanité en général. La présence humaine dans ses clichés est primordiale.

La photographie de rue et le portrait sont ses deux sujets de prédilection.
Son travail est essentiellement en noir et blanc.
A travers ses images, elle cherche à partager et montrer son regard sur un sujet donné ou un moment vécu en tentant d’interpeller l’œil, l’âme et le cœur.

https://www.facebook.com/Bay%C3%A9r%C3%A9-Z-Photography-1547308425546867/

https://www.instagram.com/bayere_photography/

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *